Orto in primavera
Retour au blog

Le jardin et le potager au printemps

Avec la fin de la saison froide, les journées rallongent et s’adoucissent, permettant aux amoureux de la nature de profiter plus longuement de la chaleur du soleil, peut-être même dans leur propre coin de verdure. Le printemps est une période magique pour les jardins et les potagers: la nature se réveille, les arbres fleurissent et c’est le moment idéal pour semer, enrichir le jardin de nouvelles plantes, arranger et soigner celles qui sont déjà présentes après le froid des mois d’hiver. Voici quelques conseils simples pour profiter au mieux des premières semaines de printemps et rendre toute sa splendeur à votre espace vert.

1. NETTOYER LE TERRAIN

La première opération qu’il faut accomplir, que ce soit dans le cas du jardin ou du potager, consiste en un nettoyage systématique et soigné du terrain. Cela signifie le débarrasser des feuilles mortes et des plantes desséchées ou irrémédiablement abîmées. Il est également nécessaire d’enlever avec une attention particulière le feuillage d’éventuelles plantes touchées par des maladies; en effet, de nombreux parasites n’ont pas de mal à survivre même à des températures proches de zéro et risquent alors d’attaquer aussi la végétation saine.

2. ENLEVER LES MAUVAISES HERBES

Il faut également enlever les mauvaises herbes qui prolifèrent à cause de l’humidité et du manque de soin car elles étouffent le terrain et inhibent ses potentiels. Là où c’est possible, on les enlève à la racine et généralement avant leur floraison afin d’éviter qu’elles ne se présentent à nouveau et pour empêcher la diffusion des graines. Les ronces et les mauvaises herbes ne constituent pas la seule menace pour le jardin: il y a également le musc, qui s’enracine dans certaines zone bien spécifiques (les plus humides) et que l’on peut combattre efficacement grâce à des produits spécifiques.

3. LABOURER ET FERTILISER LE TERRAIN

Avant de planter la moindre graine ou le moindre bulbe, il faut remuer le terrain; une aération correcte du terrain est en effet essentielle après l’hiver et, de cette façon, l’engrais pourra pénétrer en profondeur et être réellement efficace. Pour nourrir la terre aride et avide de minéraux, on peut avoir recours à un fertilisant chimique ou, comme alternative, à des fertilisants biologiques tels que, par exemple: le fumier fermenté, les coquilles d’œuf (soit en morceaux, soit réduits en poudre), le marc de café, les feuilles mortes et naturellement, le compost, même produit en autonomie dans votre jardin. Étant donné que, lorsque l’on remue le terrain, des affaissements peuvent se créer, rendant la surface inégale, il convient de ratisser la terre pour la niveler avant de fertiliser et de planter.

4. COMBATTRE L’ACTION DES INSECTES NOCIFS

Malheureusement, le printemps apporte avec lui également de nouveaux parasites et insectes qui dépouillent et détruisent fleurs et plantes, ce qui empêche souvent leur bon développement. Les plus courants sont les punaises, les pucerons, les limaces, les thrips et les sauterelles. Pour les éliminer, on peut utiliser diverses sortes d’insecticides chimiques; mais ces derniers ont des effets nocifs également sur les insectes inoffensifs, sur l’homme et sur les animaux. En alternative, on peut recourir aux insecticides biologiques, dont voici quelques exemples:

  • Bouillie bordelaise: un mélange de deux minéraux, cuivre et soufre, qui élimine la plupart des maladies dues aux champignons et aux insectes.
  • Terre de Diatomée: une substance naturelle en poudre qui remplit remarquablement bien sa fonction dans l’immédiat et dure longtemps sur le terrain, constituant un instrument de défense à but préventif. La terre de Diatomée ne fonctionne pas avec tous les insectes, mais elle est très efficace avec les mille-pattes, les fourmis et les cafards.
  • Macérats ou infusions obtenues à partir d’herbes officinales: très efficaces contre les types d’acariens les plus communs qui attaquent les cultures.

LE POTAGER: SEMAILLES ET RÉCOLTE AU PRINTEMPS

En ce qui concerne plus particulièrement le potager, après avoir enlevé tout ce qui envahit et étouffe le terrain, on peut procéder aux semailles des légumes qui mûriront au début de la saison chaude et, dans certains cas, durant tout l’été, comme, par exemple: courgettes, aubergines, tomates, poivrons, basilic, mais aussi – là où l’espace le permet – pastèques et melons jaunes.

Cependant, puisque l’on ne peut pas toujours compter sur la clémence du temps, pour faire en sorte que les germes et les plants poussent à l’abri d’éventuels coups de froid et intempéries, on peut utiliser ce que l’on appelle des pépinières, des récipients spéciaux qui abritent les germes en les protégeant des agents atmosphériques les plus agressifs, jusqu’à ce qu’elles poussent et se renforcent et, en même temps, jusqu’à ce que les températures se stabilisent davantage.

Le printemps est également le temps des récoltes: par exemple, il est possible de récolter fenouil, laitue, épinards, artichauts, carottes, chicorée, roquette et bien d’autres légumes, ainsi que des aromates à faire sécher en prévision de l’hiver.

PROTÉGER LE POTAGER ET LE JARDIN

Un autre élément fondamental à la gestion de votre espace vert est un système de clôture approprié, une présence discrète dans le vert de la nature, capable de délimiter les espaces et de protéger les plantes et les légumes. Si vous êtes à la recherche de solutions spécifiques pour la protection de vos espaces verts, jetez un œil aux produits Cavatorta conçus pour la clôture du jardin et du potager et aux autres articles Comment clôturer le potager et Choisir la clôture de jardin.

Bon travail!

Sur le même sujet

Retour au blog

Inscription à la newsletter Cavatorta