Recinzione metallica
Retour au blog

Comment installer une clôture grillage métallique

Le procédé d’installation d’un grillage métallique est différent selon:

  • le type de grillage choisi (mailles libre, treillis soudé, panneaux modulables);
  • le type de terrain sur lequel la clôture sera posée;
  • la destination de la clôture (anti-intrusion, protection, ornement).

Voici les étapes essentielles communes aux différents cas et les techniques les plus sûres et les plus fréquemment employées notamment dans le cas des mailles lâches et celui des treillis soudés.

1. Vérifiez les lois

Se renseigner sur les lois et les différentes réglementations locales. Si on a le droit de clôturer sa propriété, on ne peut pas le faire n’importe comment.

2. Étudier le terrain d’installation

Délimiter avec précision l’espace à clôturer. Il est préférable de laisser environ 10 cm entre la limite effective de la propriété et les trous destinés aux poteaux, de façon à être sûr de ne pas empiéter sur le terrain voisin.

Repérer le passage des canalisations et des câbles électriques installés en sous-sol, de manière à éviter de les endommager lors du forage.

Étudier le terrain. Sa consistance ou sa pente influeront sur le choix du type de grillage et sur le mode d’installation. Par exemple, un terrain résistant et compact suffira à maintenir les poteaux, mais dans un terrain meuble, il faudra cimenter ou utiliser des fondations vissées.

3. Définir le projet, planifier le travail

Matérialiser le périmètre de la surface à clôturer en utilisant un cordeau. La longueur du cordeau donnera le métrage de grillage (ou la quantité de panneaux) ainsi que le nombre de poteaux nécessaires. À savoir qu’une clôture faite en grillage à maille lâche ou en treillis à maille soudée nécessite plusieurs sortes de poteaux:

  • poteau de départ (avec une seule jambe de force);
  • poteau de liaison (sans jambe de force);
  • poteau d’angle (avec 2 jambes de force à 90°);
  • poteau de renfort (avec 2 jambes de force).

Les panneaux s’installent quant à eux sur des poteaux sans jambes de force. La distance entre deux poteaux varie en fonction du type de grillage utilisé (maille lâche ou maille soudée). Dans le premier cas, la distance idéale entre deux poteaux est de 2,50 m, alors que pour le treillis soudé elle varie de 2 m à 2,50 m. Pour une clôture en panneaux, la distance entre deux poteaux correspond exactement à la longueur d’un panneau.

Décider définitivement de la position des poteaux et marquer leur emplacement à l’aide d’un piquet, d’un caillou ou d’une giclée de peinture en bombe.

4. Installer les poteaux de la clôture grillage

Commencer la pose par les poteaux de départ; les poteaux intermédiaires se répartissent sur la longueur restante. Il existe plusieurs méthodes pour ce faire; voici les plus importants.

Installation avec le ciment

Creuser un trou carré d’environ 35cm à 40 cm de large et d’une profondeur comprise entre 25cm et 50cm en fonction de l’hauteur du poteau. Tasser ensuite 10 cm de gravier au fond du trou. C’est sur cette surface que viendra reposer la base du poteau. Il devra dépasser du sol d’une hauteur égale à celle du grillage, plus 5 cm.

Vérifier que le poteau est bien droit avec l’aide d’un niveau. Stabiliser le poteau avec des pinces et des cales et verser le ciment autour le poteau. Autrement, on peut aussi verser d’abord le ciment, puis d’enfoncer le poteau jusqu’à toucher la surface du gravier et enfin l’immobiliser avec des cales. Cela ne dispense pas de vérifier sa hauteur, sa verticalité et son horizontalité.

Il ne reste plus alors, qu’à attendre que le ciment sèche. Le temps de séchage varie en fonction du mortier choisi et de sa préparation.

Installation avec les fondations à vis

Il est aussi possible d’utiliser les fondations à vis. En l’occurrence, on procède de la manière suivante: on insère la vis dans le terrain, puis on engage la visseuse électrique par le haut. Là, on bloque la visseuse en se servant d’un bras de guidage fixé à deux mètres de distance. On contrôle la verticalité de la visseuse à l’aide d’un niveau. On met la visseuse en marche et on enfonce la fondation jusqu’à ce que son sommet arrive au raz du terrain.

Puis on installe le poteau dans la fondation, on règle sa hauteur et on l’immobilise en utilisant les trois vis prévues à la base de la fondation. On n’oublie pas, dans ce cas non plus, de vérifier l’alignement du poteau en utilisant un niveau.

Installation à même le sol

Les poteaux peuvent aussi se planter directement à même le sol, à une profondeur de 50 cm. Commencer par les poteaux des extrémités et tendre un fil entre eux. Il facilitera l’alignement des poteaux intermédiaires.

Une fois la totalité des poteaux installée, passer à la pose des jambes de force que l’on fixe au poteau à l’aide de colliers adaptés ou de boulons et d’écrous métalliques. Avec une vis écrou inviolable et autocassant, les jambes de force ne bougeront plus.

5. Installer le grillage

Placer ensuite les fils de tension. Fixer le tendeur à l’aide de crochets ou de fil de fer à la base, au milieu et au sommet du poteau d’extrémité.

Puis faire passer le fil de tension dans le mécanisme du tendeur et dans les trous correspondants des poteaux intermédiaires et cela jusqu’au tendeur du poteau de l’autre extrémité. Couper l’excédent de fil et tendre le fil de fer mis en place en manœuvrant le mécanisme du tendeur à l’aide d’une tenaille.

Arrimer le grillage à l’aide de barre de tension au poteau de départ et éliminer les bouts de fil de fer qui font saillie avec une tenaille pour éviter les risques de blessure et obtenir un résultat plus esthétique.

Dérouler le grillage et le tendre le plus possible. Le fixer aux poteaux intermédiaires jusqu’au poteau d’extrémité avec du fil de fer, en pensant toujours à éliminer ce qui dépasse.

Votre clôture métallique est prête, solide et sûre.

Si vous êtes à la recherche de la clôture métallique qui convient le mieux à vos besoins, consultez le Catalogue Cavatorta France.

Sur le même sujet

Guide d’achat pour clôtures de vignobles et de vergers

On a assisté ces dernières années à une augmentation constante du nombre d’animaux sauvages. Leur présence s’est notamment intensifiée dans les zones de cultures situées à proximité des bois. La rapide urbanisation et le manque de prédateurs a favorisé le repeuplement d’espèces sauvages, notamment des ongulés. Cerfs, daims, chevreuils et sangliers causent des dégâts considérables […]

Lire la suite
Retour au blog

Inscription à la newsletter Cavatorta