Retour au blog

Comment planter un vignoble

La plantation d’un vignoble nécessite différentes étapes de préparation du sol, pour permettre à la vigne de prendre racine et de grandir rapidement et durablement, outre la réalisation de la structure qui supportera la vigne.

Le raisin préfère les sols bien drainés et meubles, pour permettre aux racines de pénétrer facilement en profondeur, sans souffrir d’éventuelles eaux stagnantes. Il est donc fondamental d’effectuer une analyse physico-chimique du sol, pour:

  • obtenir de précieuses informations sur sa composition;
  • choisir le meilleur engrais de fond;
  • détecter la présence éventuelle de nématodes, susceptibles de transmettre certains virus aux racines des nouvelles plantes;
  • identifier le meilleur type d’irrigation à installer.

La préparation du sol

Un bon sol et une bonne implantation du vignoble: tels sont les éléments indispensables à la croissance d’une vigne saine. Une bonne préparation de la terre nécessite certaines étapes préliminaires.

1. Arrachage

En cas de replantations, la première étape consiste à éliminer en totalité l’ancienne vigne, à savoir les racines des plantes et les matériaux utilisés pour la structure (poteaux, fils et accessoires). Plus particulièrement, un dessouchage en profondeur s’avère nécessaire pour éliminer complètement les vieilles racines, car elles pourraient véhiculer champignons, virus et toxines nuisant à la bonne santé et au développement des nouveaux plants.

2. Défoncement du sol

Cela consiste à travailler toute la surface à cultiver à une profondeur d’environ 80-120 centimètres, dans le but d’améliorer le drainage et la porosité du sol.

3. Épierrage

De grosses pierres peuvent parsemer le sol, en entravant une implantation aussi précise que celle d’un vignoble. La phase d’épierrage permet d’obtenir un sol plus homogène et meuble, tout en augmentant la précision d’installation des poteaux.

4. Engrais de fond

L’analyse physico-chimique préliminaire du sol peut révéler d’éventuelles carences nutritionnelles à corriger. L’engrais favorise et optimise la synergie entre le vignoble et le sol, tout en modifiant les caractéristiques de la terre pour supporter au mieux la croissance et le développement des plantes. L’engrais disposé en profondeur apporte au sol phosphore, azote et potassium, lesquels agissent sur la croissance de la vigne, sur le degré de maturité des fruits et sur le parfum du vin.

Les phases d’implantation d’un vignoble

Après avoir préparé le sol, on peut procéder à l’implantation du vignoble selon des étapes bien précises. En voici une brève description.

1. Équerrage et jalonnage

Ce sont deux procédures préliminaires à l’implantation du vignoble. L’équerrage sert à fixer les limites de l’implantation et à garantir un alignement parfait des poteaux et des plantes. Il est important, dans la prise de mesures, de bien penser aux zones de manœuvre des machines et d’espacer au mieux plantes et poteaux.

Après avoir défini les rangées de plantation, on procède au jalonnage: il s’agit d’indiquer, à travers des tiges, les points précis où seront mises les plantes. On calculera ainsi le nombre de cépages et de poteaux nécessaires à l’implantation du vignoble.

2. Ancrage

Pour qu’un vignoble soit stable et sûr, il faut fixer des ancrages sur la partie externe des rangées. Les ancrages sont vissés au sol sur toute leur longueur, en veillant à ne laisser en surface que la partie supérieure pourvue d’un orifice où l’on passera le fil qui sera ensuite fixé à l’extrémité supérieure du poteau d’extrémité.

3. Pose des poteaux

Les poteaux sont placés à l’aide d’une tarière sur les points identifiés lors du jalonnage. Les poteaux d’extrémité sont ceux que l’on fixera aux ancrages sur la partie extérieure des rangées, tandis que les poteaux intermédiaires sont placés sur la partie interne de la rangée.

4. Choix des fils

Il est important de choisir un fil porteur (d’un diamètre d’environ 3,50 mm) que l’on installera à environ 80-100 centimètres du sol, et qui servira à soutenir la grappe de raisin, outre un fil porte-sarments de diamètre inférieur (2,7 ou 2,2 mm) qui servira à limiter la végétation.

Il faut impérativement choisir des fils de qualité pour garantir sécurité et robustesse à toute la vigne.
Notre catalogue propose trois types de fil spécialement conçus pour l’implantation des vignobles. À savoir:

Galvafort
Un fil pour vignobles en acier galvanisé résistant. La galvanisation est réalisée à travers le processus exclusif Galvafort, qui confère une couverture de galvanisation plus importante que le minimum fixé par les normes européennes, outre une résistance accrue à l’oxydation. En outre, en cas de pliage, le revêtement galvanisé ne se fissure pas, en garantissant ainsi une sécurité et une durabilité maximales à toute la structure.
Consulter la fiche technique de Galvafort

Galvatec
Fil d’acier à haute teneur en carbone. Le fil Galvatec subit une dilatation inférieure à 10 % et conserve au fil du temps ses caractéristiques mécaniques, en garantissant d’excellentes performances, même au-delà de la durée de vie du vignoble.
Consulter la fiche technique de Galvatec

Galvatec T100
Fil d’acier à haute teneur en carbone. Par rapport au Galvatec, le Galvatec T100 se caractérise par un allongement plus limité (5 % maximum), une augmentation de la charge de rupture jusqu’à 50 % et une plus grande résistance à la fatigue.
Consulter la fiche technique de Galvatec T100

5. Placement des fils

Après avoir creusé les trous au sol pour y planter les cépages, on peut procéder aux opérations de tension, de mise en place des tendeurs et de jonction des fils métalliques, afin de préparer une structure solide et résistante au temps.

Vous trouverez ici la gamme Cavatorta France dédiée aux vignobles et vergers.

Pour plus d’informations, nous vous invitons à lire le document: Installation du vignoble.

Ph: BORGHY52 / CC BY-NC-ND

Sur le même sujet

Guide d’achat pour clôtures de vignobles et de vergers

On a assisté ces dernières années à une augmentation constante du nombre d’animaux sauvages. Leur présence s’est notamment intensifiée dans les zones de cultures situées à proximité des bois. La rapide urbanisation et le manque de prédateurs a favorisé le repeuplement d’espèces sauvages, notamment des ongulés. Cerfs, daims, chevreuils et sangliers causent des dégâts considérables […]

Lire la suite
Retour au blog

Inscription à la newsletter Cavatorta