Retour au blog

Aura: une surprenante œuvre de Tresoldi

Aura, surprenante œuvre d’Edoardo Tresoldi, rend hommage au style immortel de la Renaissance et du Néoclassicisme italiens et en interprète les vestiges architectoniques comme des témoins majestueux du temps qui s’écoule. Les grillages Cavatorta sont, encore une fois, les protagonistes de l’ œuvre.

À la découverte d’Aura

À l’origine de cette œuvre, nous trouvons une réflexion profonde sur le concept d’aura décrite par Walter Benjamin comme enchevêtrement d’espace et de temps: apparition irremplaçable d’une distance. Dans cette vision, les œuvres architectoniques du passé gardent l’essence même de l’aura et l’offrent à l’observateur capable de la saisir. L’ œuvre de Tresoldi évoque justement ce patrimoine caché tout en enchantant le regard des visiteurs.

Aura se développe à travers deux coupoles majestueuses de huit mètres de hauteur en dialogue ouvert: presque identiques dans leur forme, mais aux matériaux différente: une en treillis métallique et l’autre en tôle ondulée.

 

Citando il comunicato stampa che presenta l’opera:

L’œuvre en treillis métallique se réfère à l’âme d’une forme, la dimension éthérée d’un autre monde. Son esthétique soustractive, exprimée à travers la légèreté et l’évocation de l’absence, évoque le spiritualisme du rien, la nostalgie pour ce qui a disparu.

Par contre, l’œuvre en tôle ondulée est une épave organique aux semblances mécaniques, une coquille vide. Comme un nid abandonné, elle témoigne d’une vie volée ailleurs; elle se réfère à la dimension terrestre et raconte le passage du temps. Prise d’assaut par l’érosion des événements, elle représente le retour de l’architecture à la nature, se posant comme élégie de la caducité de la matière.

«Aura» fait partie de l’entier ADN de l’architecture: elle en recompose l’identité à travers un processus de déconstruction. Suspendues dans les grands halls du Bon Marché, les deux œuvres sont, avec les mots de l’artiste,  » comme des épaves exposées dans un musée d’histoire naturelle du XVIIIe siècle. En les observant, les visiteurs retracent l’histoire de l’architecture à travers ses composants. »

L’installation d’aura au bon marché à paris

Aura a fait sa première apparition à Paris: du 6 septembre au 22 octobre 2017, dans les halls élégants du Bon Marché, le prestigieux centre commercial fondé en 1838 et devenu aussi, ces dernières années, espace d’exposition de premier ordre avec des créations signées par des artistes du calibre de Tadao Ando et Ai Weiwei pour en citer juste quelques-uns.

Dans l’installation parisienne, les deux structures ont été accrochées aux plafonds en verre grandioses, conçus par Gustave Eiffel, s’offrant comme des vestiges suspendus dans le temps et dans l’espace; majestueux dans leur caducité et dans leur beauté.

 

Aura et Control pour la fondation sida elton john

En décembre, Aura a été choisie par Elton John et par sa fondation SIDA comme décor d’excellence pour le Club Love: événement de bienfaisance et de récolte de fonds destinés à la recherche et à la lutte contre le SIDA. Le présentateur de la soirée Graham Norton, visage de la BBC en compagnie de l’artiste Sam Smith; sur le plateau, la crème de la société londonienne.

Pendant la soirée, Aura a été accompagnée par Control: la première œuvre de Tresoldi dans laquelle sa recherche sur la non-matière a trouvé son expression.  Cette œuvre a été présentée pour la première fois en 2015 dans le contexte de l ‘exposition Animal, à Londres: huit espaces thématiques créés pour inviter à réfléchir sur le monde animal et sur la tentative spasmodique de l’homme de contrôler la nature. Justement dans cette optique, Control évoque la grâce et la beauté hypnotisant du vol des oiseaux comme hymne à la liberté et à la grandeur absolument imprévisible de la nature.

 

Les grillages cavatorta protigonistes d’Aura

Cavatorta collabore avec Edoardo Tresoldi depuis ses débuts. L’artiste a utilisé les grillages métalliques Cavatorta pour réaliser aussi Aura, pour être plus précis Esafort: une grillage en acier soudé caractérisé par une grande résistance et en même temps par une grande malléabilité. Deux prérequis indispensables pour modeler la majestueuse coupole protagoniste de l’œuvre à travers un travail savant de pliures et de soudures.

Parmi les caractéristiques principales d’Esafort nous trouvons:

  • résistance exceptionnelle à la corrosion obtenue grâce à une couverture en zinc homogène, uniforme et caractérisée par une épaisseur considérablement plus élevée par rapport au minimum prévu par les normes européennes;
  • haute résistance aux sollicitations mécaniques grâce à l’ancrage parfait de revêtement protecteur en zinc afin d’éviter tout risque de fissure même dans le cas de pliure à 180°;
  • perfection géométrique des mailles exprimée à travers l’homogénéité des dimensions et des formes.

Sources et ressources
Site officiel
de Edoardo Tresoldi

Le Bon Marché – Entretien à Edoardo Tresoldi

Photos
Aura / Roberto Conte.
Control / The Blind Eye Factory.

Sur le même sujet

Limes, les visages métalliques d’Edoardo Tresoldi dans le panorama urbain de Barcelone

Après le grand succès d’, célèbre centre commercial parisien et de la reconstruction majestueuse de la , Edoardo Tresoldi a créé une nouvelle installation sculpturale dans le centre de Barcelone. Il s’agit de Limes, une installation in situ créée pour le 25ème anniversaire de L’Illa Diagonal, le centre commercial emblématique de Barcelone conçu par Manuel […]

Lire la suite
Retour au blog

Inscription à la newsletter Cavatorta